Restauration à ciel ouvert des sculptures de Marcel Damboise et d’Alfred Janniot au stade Chaban-Delmas : Venez les découvrir !

L’occasion de redécouvrir ces sculptures au sein d’un ensemble sportif emblématique de la période Art Déco.

 

Retour sur les étapes de leur restauration à ciel ouvert du 22 mars au 2 avril 2021.

▶️ LES DEUX SCULPTURES EN BRONZE VISIBLES AU PIED DE L’ESCALIER DE LA PLAINE DES SPORTS DU STADE CHABAN-DELMAS, UNE RESTAURATION IN SITU.


Les sculptures Figure de femme de Marcel Damboise et Athlète masculin d’Alfred Auguste Janniot ont été commandées par l’État pour la Ville de Bordeaux en 1939, durant la Seconde Guerre mondiale.

Leur histoire est mouvementée : les deux œuvres devaient d’abord être réalisées en pierre pour la piscine Judaïque. La commande est révisée en 1941: les sculptures seront en bronze et sont attribuées à un autre ensemble bordelais emblématique de la période Art Déco, le stade Lescure, rebaptisé par la suite stade Chaban-Delmas.
 
Les œuvres ne rejoignent pas immédiatement le stade Chaban-Delmas à leur arrivée à Bordeaux, les registres d’inventaire mentionnant que « les deux sculptures de bronze parvenues à Bordeaux durant la Guerre ont été cachées jusqu’à l’Armistice ». À sa réouverture, le musée des Beaux-Arts de Bordeaux les présente dans son exposition de 1947. Elles sont ensuite installées au stade Chaban-Delmas où l’on peut les admirer encore aujourd’hui.

À la suite d’un accident survenu à l’automne 2019, la sculpture Figure de femme de Marcel Damboise est tombée de son piédestal et a été brisée au niveau de ses mollets. Sous l’effet du choc, le bronze s’est endommagé en plusieurs endroits au niveau de la tête, des coudes et des mollets.

L’objectif de chaque intervention n’est pas de retrouver un état "neuf", mais bien de prolonger la durée de vie d’un bien culturel… dans le but de transmettre notre patrimoine culturel aux générations présentes et futures.
 
Toute intervention de conservation-restauration commence par un examen et un diagnostic de l’œuvre : l’entreprise périgourdine Socra, spécialisée dans la restauration des monuments classés, a donc réalisé une analyse scientifique à partir d’un fragment de la sculpture : cette étape apporte des renseignements précieux sur la composition chimique du bronze (un alliage de cuivre et d’étain) et sur sa capacité à retrouver sa forme initiale après une déformation.
 
Après le transport des morceaux de la sculpture en atelier, les deux parties sont réassemblées : des baguettes de soudure sont fabriquées au plus proche de l’alliage original du bronze et sont fixées à l’intérieur de la sculpture. L’ensemble est soudé puis la surface est ciselée afin d’imiter les traces d’outils visibles par ailleurs, permettant une intégration visuelle de la restauration. La Figure de femme peut retrouver ainsi sa position debout.
 
À la suite de ces interventions structurelles, les sculptures Figure de femme et Athlète masculin vont toutes deux bénéficier d’une restauration d’ordre esthétique, dans un souci d’harmonisation de cet ensemble.
 
Les sculptures sont ensuite de nouveau patinées, par chauffes et applications de nitrate de cuivre qui permet d’obtenir cet aspect dans les tons de vert. L’intervention s’achève avec la pose d’une cire protectrice permettant de faire durer les effets de la restauration dans le temps : les deux œuvres ont retrouvé pour plusieurs années une seconde jeunesse
 


Écoutez Sophie Barthélémy, Directrice du musée des Beaux-arts de Bordeaux.

Interview réalisée par Frédéric Dussarrat